Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 16:35

Notre exposition est au Musée de la Légion d'Honneur du jeudi 4 novembre (après l'inauguration du mercredi 3 novembre, album photos) au vendredi 19 novembre. Pour la seconde fois en onze ans (la première fois était lors de la première présentation de l'exposition, à Polytechnique, en mai 1999 - inauguration par J.P. Masseret, Secrétaire d'Etat aux Anciens combattants), des objets agrémenteront notre trentaine de panneaux. Ces objets et souvenirs ont été prêtés, comme la première fois, soit par le Musée de l'Ordre de la Libération, soit par nos membres. Nous remercions aussi le groupe d'assurances AG2R-La Mondiale (et toutes les personnes de ce groupe impliquées dans le projet) pour avoir bien voulu apporter son soutien financier à cette édition de l'exposition.

Musee_legion_honneur.jpg

Quelques rappels sur l'historique de cette exposition. Conçue, comme indiqué, en juin 1999, elle a été exposée dans une vingtaine de lieux (dont la moitié en province) dans toute la France depuis dix ans :

  • Mairies : Paris XIII° (juin 2000, avec J. Toubon), Montpellier (nov. 2000, avec G. Frêche),  Chamalières (Puy-de-Dôme, nov. 2002), Strasbourg (avec F. Keller, janv. 2003), Paris XVI°, (juin 2005), Palaiseau (sept. 2005), Le Havre (2009)...
  • Musées : Bordeaux (Centre Jean Moulin, nov. 1999, avec A. Juppé), Besançon (musée de la Résistance, mai 2000), Lyon (Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation, avril 2000), Toulouse (musée départemental de la Résistance, mars 2001), Brest (mémorial finistérien de la Seconde Guerre mondiale, fort Montbary, avril 2002),...
  • Lieux officiels : Assemblée Nationale (oct. 1999), Sénat (mars 2007), Conseil économique et social (mai 2008),..
  • Lycées : Lycée Condorcet (Paris, mars 2008), Lycée Janson-de-Sailly (Paris, oct. 2009), Lycée Louis-Le-Grand (Paris, mars 2010).
  • Autres : Chambre de commerce de Marseille (nov. 2000),...

Partager cet article

Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 00:00

La mairie de L'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes) ayant pris contact avec la bibliothèque de Polytechnique pour trouver des témoignages au sujet du laboratoire installé par Louis Leprince-Ringuet sur sa commune pendant l'Occupation, Bernard Lévi (X41) nous a livré l'intéressant témoignage suivant.

 


 

    L’ARGENTIÈRE-LA-BESSÉE   -  Septembre 1942

 

 

J’ai, avec deux autres élèves de la promotion 1941, la seule présente à l’École polytechnique, classés, comme moi, « bis » (juifs), André BLOCH (devenu DELORME, décédé en 1989) et François LÉVY (décédé en 2010), effectué en septembre 1942 un stage de trois semaines dans le laboratoire de physique de l’X installé à L’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes). Notre professeur de physique, qui dirigeait ce labo, Louis LEPRINCE-RINGUET, avait accepté (ou même proposé ?) d’y accueillir ces élèves quelque peu marginalisés et inoccupés en ce mois de septembre, avant le retour à Lyon pour notre seconde année de scolarité. Pendant cette période, les élèves dits « normaux » de notre promotion recevaient dans un Chantier de la Jeunesse un vigoureux complément à une formation supposée, dans l’esprit de la «Révolution Nationale », en faire des « chefs ».

 LR.JPG

 

Louis Leprince-Ringuet (1901-2000), au laboratoire de physique, sans doute à l'Argentière (photo Observatoire de Paris)

 

En effet, un décret  de Vichy du 15 juillet 1942 avait interdit aux Juifs l’accès à ces Chantiers, interdiction que le Commissaire général à la Jeunesse justifiait en déclarant que « les Israélites sont peu sensibles à l’œuvre d’éducation morale poursuivie par les Chantiers. » Ayant perdu l’espoir d’être considérés comme, au moins, de virtuels sous-chefs et ravis de cette interdiction, nous fûmes encore plus ravis de bénéficier d’un accès paradoxalement privilégié à la recherche scientifique nationale.

 

Je ne sais plus pourquoi le quatrième « bis (juif) » de la promotion, Claude LÉVY, ne nous a pas accompagnés à L’Argentière – nous ne l’avons pas accompagné à Buchenwald, où il a été assassiné.

Levy.JPGClaude Lévy (1922-1945, X41)

 

Nous avons donc pu, sans trop gêner, espérons-le, les physiciens (il me semble qu’Eugène NAGEOTTE en faisait partie) et les techniciens, qui, tous, nous traitaient avec sympathie, participer à leurs travaux. Nous avons eu le temps de nous familiariser avec la chambre de Wilson, le coeur du labo, à ses réglages et à son utilisation, en guettant le sillage qu’y laissait une particule d'origine cosmique, piégée dans son passage rapide.


WILSON.JPG

La chambre de Wilson

 

Nous participions aussi aux déjeuners (sans tickets ?) dans l’usine où l’équipe se réunissait autour du « petit prince » (c’était le surnom affectueux que les élèves avaient donné à notre jeune professeur de physique, qui était le seul à  leur parler en dehors des amphithéâtres). Nous y commentions les nouvelles provenant de la solitude du sommet de l’Aiguille du Midi, où Paul CHANSON (X31) avait été détaché pour guetter la pluie des rayons cosmiques, plus dense à 3600 mètres d’altitude que dans notre vallée. Et le « petit prince » s’y demandait à haute voix d’où provenaient ces rayons, d’une énergie inouïe, en gardant pour lui une explication, dont je me demande si elle n’avait pas un fondement métaphysique.

 Chanson-copie-1.JPG

 

Paul Chanson au laboratoire des rayons cosmiques du col du Midi (3600 m) (photo Observatoire de Paris)

 

Toujours est-il que j’ai perçu son émotion provoquée par les remerciements très rétrospectifs pour cet accueil, que je lui ai adressés lors de sa dernière apparition à l’École, quelque 55 ans après notre stage dans ce laboratoire, qui allait atteindre une renommée internationale.

 

Voici une autre occasion de dire merci à une équipe scientifique dans laquelle la discrimination dont nous étions victimes de la part de « l’État français » nous a conduits à nous intégrer durant cet été 1942, au cours duquel dans la même zone « libre » des milliers d’autres Juifs étaient livrés aux fourriers d’Auschwitz.

 

            

                                                    Bernard Lévi,  Août 2010

 

 

Pour en savoir plus : L’épopée des cosmiciens à l’Aiguille du Midi, par Jean-Marie Malherbe, texte de 12 pages en ligne sur le site de l’Observatoire de Paris (texte + photos)           

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 13:23

Comme chaque année le 17 juin, la ville de Lyon rend hommage à André Bollier, X38, Compagnon de la Libération à titre posthume : le 17 juin 1944, la milice française prend d'assaut son imprimerie clandestine, et Bollier se suicide, à l'âge de vingt-quatre ans.

Son fils Vianney Bollier (X63) est trésorier de notre association, et a lu cette année au cours de la cérémonie un texte que le GLAX (Groupement lyonnais des anciens X) a publié dans son bulletin juin-septembre 2010, et que nous reproduisons ici (PDF- 1,6Mo).

Partager cet article

Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 23:58
Notre exposition "Des polytechniciens dans la Résistance" est installée (grâce à notre trésorier Vianney Bollier) depuis ce matin et pour une durée de quatre semaines au lycée Louis-Le-Grand, après son passage au lycée Condorcet en mars 2008 et au lycée Janson-de-Sailly en octobre 2009.
IMG_2185.JPG
Elle a été inaugurée mercredi 10 mars en fin d'après-midi, en présence du proviseur Joël Vallat et du président d'X-Résistance Bernard Esambert.
IMG_2187.JPG
Lire le discours "Louis-le-Grand et la mémoire de la Résistance" fait par Dominique Lejeune, professeur d'histoire en khagne et hypokhagne au lycée Louis-Le-Grand, lors de l'inauguration du 10 mars (téléchargement PDF)

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 10:29
Après Raymond Aubrac en 2007, notre association accueille pour une conférence exceptionnelle le lundi 30 novembre à 18h à La Maison des Polytechniciens, Daniel Cordier, Compagnon de la Libération, ancien secrétaire de Jean Moulin. Daniel Cordier vient d'écrire récemment une somme sur la France Libre, Alias Caracalla, Gallimard (2009). Inscription préalable à info@xresistance.org (p.a.f. 10 euros pour les non-membres).
© Catherine HELIE / GALLIMARD/Opal

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 14:34

J'ai lu le livre de Marie-Odile Beauvais (femme et mère de polytechnicien) "Le secret Gretl" qui vient de paraître chez Fayard. Ce n'est pas un coup d'essai puisqu'elle a déjà écrit six romans. Celui-ci se présente comme une enquête en Allemagne sur une fille qu'elle ne connut pas d'une première union de son grand-père. On y croise le destin de Claude Anduze-Faris (fils de Gustave, 1892-1965, X 1913), résistant, déporté à Bergen-Belsen et mort là-bas en 1945 à 19 ans : le livre contient aussi, sur quelques pages, une correspondante inédite de C. Anduze-Faris à sa famille, traduite et commentée par l'auteur.

 


Dans cette enquête, il y a un élément stupéfiant, je cite l'auteure :

 

Via ce site, on peut se procurer le dernier livre de Bergen-Belsen qui recense les noms de cinquante mille victimes […] « Un exemplaire peut être commandé auprès du Mémorial de Bergen-Belsen pour un montant de 28 euros, plus les frais de port. Les survivants du camp de concentration  reçoivent gratuitement leur exemplaire contre remboursement des frais de port ». D'où vient cette faculté de l'administration allemande à hisser la vulgarité du règlement à une telle hauteur ? En 2009, combien reste-t-il de survivants de Bergen-Belsen ? Par quels mystérieux méandres de la folie ordinaire en est-on arrivé à leur réclamer des frais de port ?Quelle commission a pris cette minuscule décision d'une violence immense ?

 

Et en plus c'est vrai, vérifiez sur le site de Bergen-Belsen, ici en français, , encore mieux,en allemand.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 23:29
Notre exposition "Des polytechniciens dans la Résistance" est accueillie à la mairie du Havre du 8 au 26 juin. Elle sera inaugurée lundi matin par Antoine Rufenacht, maire du Havre, et par Bernard Esambert, président d'X-Résistance (carton d'invitation). Un article du Figaro du 1er juin 2009 évoque cette inauguration.

Partager cet article

Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 09:08
Serge Ravanel (X39), Compagnon de la Libération, avait accepté dès la création de l'Association d'en être membre d'honneur. Il travaillait souvent avec nous et nous faisait part de ses idées. Les honneurs lui seront rendus mardi 5 mai aux Invalides à 15h. Une belle photo de Ravanel (à gauche) lors de l'inauguration de notre exposition au Sénat en mars 2007 : merci au photographe d'avoir su saisir cet instant et son regard profond.

Nous allons essayer de constituer ici un dossier en mémoire de S. Ravanel :
- album photo de la cérémonie d'honneurs aux Invalides le 5 mai 2009 (photos Monique Kermel, Daniel Hirsch et Alexandre Moatti).
- sa biographie sur notre site X-Résistance et sur le site de l'Ordre de la Libération.
- la lettre de son association l'AERI (PDF 3Mo) qui lui rend hommage, avec une biographie très détaillée et le discours de R. Aubrac aux Invalides le 5 mai 2009.
- les hommages parus dans la presse, Le Monde et Le Figaro (mai 2009).
- la recension de son ouvrage "L'Esprit de Résistance" (Seuil 1995) dans la Jaune et la Rouge (revue des anciens polytechniciens, juillet 1996)

Vous pouvez exprimer en commentaires ci-dessous, si vous le souhaitez, votre sympathie à  l'égard de Serge Ravanel.


Partager cet article

Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 12:07
Nous sommes heureux de mettre en ligne la vidéo d'Albert Messiah (X-Mines 40), qui a donné son témoignage le 14 janvier 2009 devant les élèves de Polytechnique, au cours d'une fin d'après-midi consacrée à la Résistance (voir précédent billet).
Albert Messiah s'est engagé avec son frère André (X40 aussi, décédé en 2006) dans la France Libre dès juin 1940, a participé à l'opération de Dakar avec De Gaulle ; puis il a été chef de section dans la 2° DB jusqu'en 1945, en mai 1945 il prend avec sa section le repaire du  Berghof de Hitler à Berchtesgaden (à titre d'anecdote, Albert Messiah a rapporté la règle de Hitler qu'il a donnée au Musée de l'Ordre de la Libération).
Quelques mois plus tard, en 1946, Albert Messiah poursuit sa formation scientifique à Princeton (Institute for Advanced Studies) en participant au séminaire donné par Niels Bohr (il y croise Albert Einstein). Grâce à cela, il sera le premier à introduire un enseignement valable de mécanique quantique en France au début des années 1950, à l'université d'Orsay . Parallèlement à ses activités d'enseignement, il travaille au CEA nouvellement créé, où avec Claude Bloch (X-Mines 42, décédé en 1971) il participe au nouveau service de physique théorique. A. Messiah est l'auteur d'un manuel de mécanique quantique (Dunod 1964) constamment réédité et qui a formé de nombreux physiciens actuels.

Dans la première vidéo (5 minutes), Albert Messiah fait une première intervention. Dans la deuxième vidéo (25 minutes), Albert Messiah appelle lesquestions des élèves et des professeurs, et y répond.
 
 
(ajout de juin 2012 : la chaîne Histoire de Canal U Web-TV des univéersités a sélectionné cette vidéo pour diffusion, à voir ici sur Canal-U, ou ci-dessous)
 
Nous remercions les services de l'Ecole polytechnique et l'amiral Alquier pour la prise de vues. Nous remercions le CERIMES (Valérie Mercier, Damien Poïvet, Hervé Lièvre) pour le soutien technique apporté à la mise en ligne de ces vidéos. Ces vidéos ont été sélectionnées par Dailymotion pour mise en ligne en contenu haute définition.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 16:33
Jonathan Touboul (X2000) a soutenu sa thèse "Modéles non linéaires et stochastiques en neurosciences" mardi 23 décembre 2008 à l'École polytechnique : il l'a dédiée à Claude Brunschwig (X43), le plus jeune X mort en déportation (voir panneau sur notre site). Consulter les 12 premières pages de la thèse (hommage à Claude Brunschwig en page 12).

Partager cet article

Repost0